aanmelden
Zildjian Avedis
Cymbals
Batterie et Percussions 01-12-2016
A travers sa série Kerope, Zildjian s'est offert un succès hors du commun. Mais pour pas mal de batteurs, les cymbales au son plus sombre, voire plus "sale", étaient un peu trop complexes. Sachant cela au moment de la production de la série que nous testons dans cette édition, cela devenait naturellement possible de créer de nouvelles cymbales avec le bon vieux son d'antan. Voici donc les cymbales Zildjian Avedis.
door: Dennis Boxem

 

Dans l'usine de Zildjian, il existe une pièce où sont entassées quelques milliers de cymbales : il s'agit de la collection privée de la famille Zildjian, qui comprend des cymbales datant du début du 19ème siècle jusqu'à nos jours. Cette pièce est soigneusement cadenassée, et seules les deux sœurs Zildjian en possèdent une clef ! L'année passée, les développeurs des produits de la marque ont été autorisés à fouiller parmi les vieilles cymbales des années 30, 40 et 50. Et ce sont donc ces cymbales qui sont à la base des cymbales Zildjian Avedis. D'ailleurs, cela se voit aussi tout de suite lorsqu'on les prend en main : la forme de leur cloche et le profil un peu haut font beaucoup penser aux cymbales que l'on connait via les vieilles réclames de la firme.

 

Une impression de 'vintage'

Pour renforcer cette impression vintage, Zildjian a de nouveau gravé son sceau sur les cymbales. Au lieu du logo imprimé au laser, chaque cymbale possède donc de nouveau cette "griffe" bien connue gravée dans sa surface, qui permet ainsi de renouer avec le logo des origines. Et le logo Zildjian qui se trouve sur la face inférieure remonte lui aussi aux années 60 et 70.

Les cymbales Zildjian Avedis sont disponibles sous forme de charleys et de cymbales "simples". Pour ces dernières, Zildjian, selon ses propres dires, ne fait pas de différence entre les crashs et les rides. Ce qui n'est pas tout à fait vrai, car lorsqu'on examine les autocollants posés sur les cymbales, on constate que sur les modèles les plus lourds vient s'ajouter une lettre 'R' au numéro du modèle, alors que les plus légers ont un 'C' en plus. En fait, la seule différence entre les crashs et les rides se situe au niveau du poids : les rides sont nettement plus lourdes que les crashs, mais à cela près, il est pratiquement impossible de les différencier.

 

Pas trop fins

Les charleys existent en 14", 15" et 16". Quant à ceux de notre test, ils sont tous les trois assez fins, mais pas trop fins. Dans la série Avedis, il existe des différences de poids importantes entre les cymbales d'un même modèle, et lorsque nous avons visité l'usine, nous avons entendu des charleys qui étaient encore beaucoup plus fins … ou beaucoup plus épais !

Chacun des charleys possède un son aussi magnifique que sombre, agréablement nerveux et un tantinet doux. Pour ce qui est des sensations de jeu, tous donnent l'impression d'être plus petit que ce qu'ils ne sont en réalité. Celui de 14" réagit rapidement et de façon très directe, comme un modèle de 13". Celui de 15" produit un son contenu et contrôlé comme un modèle de 14". Et c'est seulement le modèle de 16" qui donne l'impression que l'on est en train de jouer sur un charley un peu plus grand.

Les trois charleys du test laissent entendre, de manière très claire, qu'ils appartiennent à la même famille. Ils déploient tous une sonorité pleine, d'une chaleur magnifique, sans pour autant faire entendre le crunch caractéristique des cymbales Constantinople, par exemple. Le son reste très agréable. Les cymbales Avedis sont des charleys idéaux pour un jeu tout en subtilité comme celui qui convient au jazz et à des morceaux pop acoustiques, mais ils ont une portée sonore suffisante pour être également bien à leur place lors d'un concert pop amplifié.

 

Ample et puissant

Les cymbales de 18" et de 19" reçues pour le test sont des variantes Avedis un peu plus légères, et elles possèdent d'ailleurs le 'C' dont nous avons parlé dans leur désignation. Ce sont toutes des cymbales que l'on peut utiliser à bon escient dans un trio de jazz acoustique en tant que "crashs-rides" bonnes à tout faire. Jouées sur la surface, toutes "construisent" leur son rapidement, mais le son de la baguette reste toujours intéressant, dégageant un wash joyeux, et d'une chaleur incroyable. En jouant un peu plus sur le bord, le son s'ouvre joliment, ce qui permet de produire de très beaux accents.

Quand on se met à jouer avec un peu plus de puissance, les modèles de 18" et de 19" se transforment en crashs à part entière, produisant un son plein et agréablement chaud. Une bonne "baffe" sur le bord, et cela donne un son de crash bien "pansu", dont le son s'estompe assez rapidement. Le son se déploie et affiche une belle présence, sans pour autant que les sons de crash ne constituent une "intrusion" mal à propos au sein d'un mix musical. Pour tous les styles qui se situent entre la musique acoustique et le rock (pas trop puissant quand même !), ces crashs rempliront parfaitement leur rôle.

 

Musical

Les cymbales de 20", 21" et 22" livrées pour le test sont plus lourds que les crashs, et on constate que les modèles de 21" et de 22" sont passablement plus lourds que le modèle de 20". Ce dernier reste, pour un batteur quelque peu puissant, encore excellent en tant que crash, et en tant que ride, il est un peu plus facile à contrôler que le modèle de 19". Il s'agit d'une cymbale ride agréable et nerveuse, dotée d'une attaque claire et de jolies harmoniques inférieures sombres. Avec un peu de puissance, on peut déjà produire un son magnifiquement ouvert. Si on réduit ensuite quelque peu les "gaz", le son redevient alors parfaitement contrôlé. La cloche propose une sonorité pleine et claire. Quand on joue sur la cloche, la surface entre aussi passablement en mouvement, et cela contribue à donner à cette cymbale un caractère très musical.

Les modèles de 21" et de 22" sont tous deux un peu plus épais, mais cela ne les empêche pas d'émettre des sonorités très vivantes. La cymbale de 21" possède encore pas mal d'aiguës, alors que le son de la 22" se situe nettement plus bas. Ces deux rides produisent un joli son de baguette, pointu, avec une extinction de sonorité claire, tout en restant chaude. Sur ces deux rides, le son de la cloche est un peu plus défini que celui de la 20", ce qui rend les plus grands modèles encore plus polyvalents.

 

En résumé

A travers cette série Avedis, Zildjian, sans la moindre équivoque, opte pour un son résolument vintage. Mais si on fait la comparaison avec la plupart des véritables anciennes cymbales 'A' de Zildjian, les Avedis ont un son moins "sale", ce qui leur permet d'aborder plus de styles musicaux. Là où une ancienne cymbale Zildjian semblera avoir un son trop "rance", les nouvelles cymbales Avedis resteront toujours à leur place et sous contrôle. Leur son, plus clair, leur permet, si on les compare à la série Keropes, de rester encore tout à fait adéquates si l'on joue avec un peu plus de puissance. Il y a juste le cas où vous jouez dans un groupe de rock vraiment bruyant : là, il faudra vous orienter vers des modèles plus puissants.

 

Les faits

- Cymbales en bronze B20, basées sur des modèles Zildjian 'A' construits entre les années 30 et 60.

- Disponibles sous forme de charleys et de cymbales simples.

- Poids renseigné sur la face inférieure de la cymbale.

 

Set du test

- Charley de 14" : 578 euros ;

- Charley de 15" : 630 euros ;

- Charley de 16" : 701 euros ;

- Avedis de 19" : 459 euros ;

- Avedis de 20" : 475 euros ;

- Avedis de 21" : 523 euros ;

- Avedis de 22" : 571 euros.

 

Le verdict

 

+

 

- Magnifique son, plein de chaleur.

- Caractère musical.

 

-

 

- Rien à signaler.